LES 100 KM DU MORVAN AVEC JEAN-CLAUDE PERRONNET, NON-VOYANT

Publié le par Morvan Oxygène

C’est avec fierté que j’ai accepté d’accompagner mon ami Jean-Claude pour cette onzième édition des 100 km du Morvan. Pourquoi avec fierté ? Jean-Claude est connu dans tout l’Hexagone puisqu’il a participé à quelque 115 marathons, 52 x 100 km, 7 x 24 heures et 3 x 48 heures. A cinquante et un ans, Jean-Claude a gardé cette envie de partager sa passion avec ses accompagnateurs, qu’ils soient à vélo ou à pied.

Album-2011-No2 5579

Nous nous retrouvons donc ce samedi matin 2 juillet sur la ligne de départ au centre-ville (c’est une nouveauté et je pense que celle-ci est à renouveler) pour accomplir 4 fois la difficile boucle de 25 km. Partis en queue de peloton et durant la longue descente qui fera mal aux cuisses à l’entame du dernier tour, nous prenons le temps de saluer les amis que nous dépassons, les habitués de ce type d’effort, Henri, Jean-Michel, Christophe (sans le micro), Francis, plus loin son épouse Emilienne, puis Marie-Thérèse qui a déjà accompagné Jean-Claude. Isabelle de Dijon sera avec nous les deux premiers tours. Elle terminera ce périple morvandiau en moins de 14 heures. Toutes nos félicitations, Isabelle ! Pascal, qui est parti pour 3 tours et son gendre Vincent, accompagnateur en vélo, resteront également avec nous. Pascal nous accompagnera en vélo lors du 4e tour.

C’est motivant de courir avec Jean-Claude, tant il est curieux et avide de renseignements. Je ne manque pas de lui mentionner chaque kilomètre parcouru grâce aux panneaux d’affichage du kilomètre placés le long du parcours (riche initiative car c’est encourageant pour le coureur d’apercevoir au loin le prochain panneau). Quant au paysage, mes précisions viennent compléter le tableau qu’il a en tête grâce aux senteurs qui se dégagent le long du parcours.

Les ravitaillements sont des lieux de convivialité. Jean-Claude peut ainsi communiquer, plaisanter avec les équipes accueillantes. Le ravitaillement de Fachin est celui où nous avons laissé fuir le temps avec un arrêt au stand des crêpes si délicieuses, puis un arrêt au stand suivant, à quelques mètres, pour le pâté en croûte et la bière fraîche. Le ravitaillement d’Arleuf où nous retrouvons Eric et son épouse permet de récupérer après la longue côte qui nous y conduit. La cordelette qui nous lie est maintenant en tension constante. C’est Jean-Claude, l’infatigable, qui me devance et me fait comprendre qu’il faut poursuivre notre effort ! « Jean-Claude, ça monte, c’est la côte d’Arleuf, on peut marcher un peu ! » Je le saisis alors par le poignet, Jean-Claude comprend et marche, mais trop vite pour moi. Jean-Claude a déjà participé à la célèbre épreuve de marche Paris-Colmar. Même à la marche, il est intenable ! Ce n’est pas la première fois que j’accompagne Jean-Claude sur une telle distance (Rognonas, Cléder). Je connais bien ses capacités physiques et son mental d’acier. Jean-Claude me dit alors : « Dès la ligne d’arrivée franchie, il faut que je trouve une voiture pour me conduire à la rencontre d’Isabelle, je souhaite finir avec elle. » Quelle santé ! Pascal, notre suiveur en vélo, fait demi-tour pour voir la position d’Isabelle. A son retour, ses propos réconfortent Jean-Claude : « Isabelle va bien et pense finir vers 20 h 30 ». Isabelle accompagne Jean-Claude lors de marches Audax.

MORVAN   

Notre arrivée à Château-Chinon se fait sous les applaudissements des spectateurs ébahis par la fraîcheur physique et le sourire de Jean-Claude. La cordelette est détendue, nos coudes s’entrechoquent, avec la même foulée nous passons la ligne d’arrivée, heureux et fiers de finir cette belle épreuve morvandelle.

 

A Château-Chinon, amis organisateurs et bénévoles, amis coureurs, la chaleur est dans les cœurs, la volonté de réussir farouche et la sympathie prompte à se manifester. A l’année prochaine !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Pensez-vous renouer avec le 100 Km ? Le Morvan est une belle région et l'accueil y est chaleureux.
Répondre
K
<br /> <br /> Après deux ans d'absence, j'ai retrouvé avec un immense plaisir les 100 km du Morvan. Toujours aussi difficiles, toujours aussi sympathiques. Merci à tous pour cette belle journée d'effort dans<br /> une contrée qui m'est chère.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre