Merci Yannick !

Publié le par ACM

Pour nous Yannick a retenu l’essentiel de l’esprit du Morvan : « En plus, vous rencontrez des concurrents qui ne sont pas obnubilés par le chronomètre et prennent tous le temps de vous raconter leur histoire si vous leur demandez, qui partageront gentiment leurs expériences et leurs conseils, dans des paysages magnifiques et si vallonnés que la distance vous paraitra moins longue ! »

Bonjour A Tous,

 

Je voudrais d'abord remercier l'organisation pour tout le boulot qu'ils ont fait et feront l'année prochaine et pour leur accueil chaleureux.

 

Maintenant pour revenir sur cette édition, je dois dire qu'effectivement j'ai peut-être fait les 2 premiers tours un peu trop vite (2h15,2h20) mais je l'ai bien payé dans le troisième (3h13) qui est pour moi le plus dur mentalement. Même si je pense avoir mieux limité un peu la casse dans le quatrième (3h).

 

C'était mon premier 100 km et je me pardonne d'autant plus facilement que j'ai du mal à croire que si tu passes moins vite les premiers 50 tu seras plus vite au bout du compte ;)

 

Pour ceux qui ont fait "seulement" que 50-75 km j'ai envie de leur dire que si tu termines le troisieme tour, tu n'auras qu'une envie c'est de t'accrocher pour finir quel que soit le temps au bout et que tu finiras si t’est pas trop blessé.

Passer une dernière fois la Montée d'Arleuf c'est le pied et tu peux lui dire (avec beaucoup de respect quand-même) :"salut vieille peau! C'est moi qui t'ai eu finalement même si tu m'as forcé à marcher de plus en plus longtemps et de plus en plus loin du but!"

Voir le panneau 90 km et te dire :"Chouette il ne reste que 10 km. C'est rien!", ca c'est un des (mes) meilleurs moments (avec le passage au marathon en 4h00 que je n'ai encore jamais fait officiellement)

 

Faire des tours avec les km indiqués sur les pancartes, c'est un gros plus mental qui vous aidera à persévérer tout au long de la course.

 

J'invite aussi tout ceux qui ont assez d'entrainement, de persévérance et de folie...(même si quand tu as fini un 100 kil ca parait pas si fou que çà!) pour tenter l'aventure à venir ici.

Vous n'y serez pas noyés dans le nombre comme sur d'autres courses.

 

En plus, vous rencontrez des concurrents qui ne sont pas obnubilés par le chronomètre et prennent tous le temps de vous raconter leur histoire si vous leur demandez, qui partageront gentiment leurs expériences et leurs conseils, dans des paysages magnifiques et si vallonnés que la distance vous paraitra moins longue !

 

Parce que vos potes qui ne courent pas ou pas si long se diront "whaouh quel grand malade!" et vous regarderont d'un autre œil. Faites gaffe qu'ils ne vous demandent pas d'aller au garagiste à 100 bornes en courant si ils tombent en panne!"

 

Parce que vous aurez envie de recommencer tout simplement.

Bref le 100 Kil (du Morvan) c'est (le plus) dur, mais c'est sympa !

 

Encore Merci à tous les bénévoles et à l'organisation irréprochable.

Et aux photographes !

A l'année prochaine.

 

PS: Je pense être présent l'année prochaine aussi sur 50 ou sur 100 parce que j'espère "enchainer" avec la Marvejols-Mende l'année prochaine. Ce qui me parait impossible vu mon état de forme escargothesque actuel. Mais bon, il y a un an le 100 kil me paraissait impossible!

Comme un autre concurrent, je me demande donc l'utilité du 75 km, mais il faudrait surtout avoir le ressenti des coureurs du 75 et du 50, car pour eux avoir une distance intermédiaire, c'est peut-être plus facile à gérer que de se lancer dans l'inconnu sur un 100 kil du premier coup.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article