La préparation mentale

Publié le par ACM

Aussi voir plus importante que celle physique sur ce type d’épreuve : d’abord s’imprégner de l’idée que le premier marathon ne correspond qu’à un échauffement…Les choses vont souvent se compliquer après d’où la nécessité de gérer ce temps long de course.

 

Je pense qu’il est important à l’entraînement de réfléchir et tester « son image mentale » : il s’agit d’une image positive propre à chacun qui devra être réutilisée dans les moments de mal être afin de « rebooster » le coureur. Pour arriver à la faire revenir, il faut tester son efficacité à l’entraînement.

 

Ne plus penser ou penser à autre chose…cela peut paraître simple mais nécessite un travail mental préalable. Tenter d’oublier la souffrance éventuelle n’est pas toujours facile mais c’est moins difficile quand on s’est préparé mentalement à se dire qu’à un moment donné , on allait souffrir…et que les autres aussi souffrent. S’en convaincre peut soulager. Se dire aussi que le mal être ne va durer permet de lutter contre la spirale vicieuse de l’abandon mental. Inversement toujours se garder de se dire que « tout va bien » et que « tout ira bien » car la période de mal être ou de difficultés passagères (je le souhaite à chacun) est inévitable.

 

Enfin, ne pas forcément écouter ceux qui à coté de vous parlent beaucoup, style « je suis vraiment bien là, dans mes temps » alors que vous vous êtes dans un moment difficile. Ignorez ces propos et concentrez-vous sur votre course.

Publié dans Les conseils d'Eric

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article