La préparation physique

Publié le par ACM

A mes yeux,  peut être la moins importante des trois…De toute façon, on ne s’engage pas sur ce type d’épreuve sans un passé sportif minimal ou un entraînement adapté. Chacun a son plan et surtout ne doit pas le modifier en écoutant les uns et les autres.

Je « tourne » tous les jours sur ce circuit vallonné et je pense qu’un travail (un peu) de cote est  envisageable voire souhaitable.  Ici, 100 à 130 km hébdo suffisent très largement. Je  préconise pour les néophytes un entraînement similaire à celui d’un marathon en augmentant en revanche la sortie longue du week-end.

Le jour de course, un petit conseil que je donne toujours : ne pas courir à deux ou plus car les moments de fraîcheur des uns et des autres ne seront pas au même moment. Ainsi suivre un rythme qui n’est pas le sien peut s’avérer fatal. Un 100 km, à mes yeux, c’est une course de solitaire avec –ou contre soi même.

Enfin, 100 km, c’est long…et ceux qui vous doublent (surtout dans les 60 premiers kil) n’iront pas forcément au bout.

Préparez aussi vos pieds lors de la séance longue. La encore, c’est propre à chacun (talc, crème, massage, type de chaussette, de chaussures –toujours une taille au dessus etc ) mais surtout ne jamais tester le jour de la course 

Inutile de préciser je pense que s’il peut être bon de s’humidifier le corps –voir se « laver » pour se débarrasser de la sueur (deux canicules ces trois dernières années !!!!!!!) et ainsi assurer un mieux être, il ne faut en revanche jamais mouiller ses chaussures.

Publié dans Les conseils d'Eric

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article